octobre 2019

Mélanie Baillairgé

BLOG

Le travail de designer / The work of a designer.

Article précédent
« Le lait, version carton géant.
Article suivant
Temps des fêtes »

Q et autres lettres.

Lettre Q.

Il y a deux formations que j’aimerais rajouter à mon parcours : connaître Indesign™ comme il faut (Sylvie au bureau m’a parlé de formations d’appoint au collège Maisonneuve alors c’est rajouté à ma todo shit list) et savoir faire de la typographie. Alors là, je sais pas.

Un commentaire sur “Q et autres lettres.”

  1. Commentaire de Jacques Richer :

    Concernant la typographie, il y a un vieux bouquin sur le logiciel (gratuit, domaine public) METAFONT, connu dans les milieux universitaires dans les années 70-80.

    Tu connais METAFONT?

    On trouve toujours les deux aujourd’hui (le logiciel, disponible sur le web, gratuitement), et le livre.

    C’est un logiciel pour concevoir, dessiner une police complète, ou n’importe quoi d’autre, en fait. Le livre n’est pas un cours sur l’histoire de la typographie. C’est un livre pratique sur le design et la conception de polices. Il traite de tous les aspects (variantes, ligatures, cohérence, etc.). J’en ai une copie chez moi.

    Une version plus récente de METAFONT s’appelle METAPOST. Elle utilise les conventions et le langage METAFONT pour produire des polices aux normes du langage PostScript. Les polices produites par METAFONT sont dans un format qui n’est plus utilisé. Pendant la création d’une police, METAFONT les affiche à l’écran directement (à l’époque où METAFONT a été créé et distribué, les ordinateurs personnels graphiques les plus puissants étaient des MacPlus, et afficher à l’écran était un luxe rare)

    METAFONT est assez amusant. J’ai appris à m’en servir en quelques jours, et je m’en suis servi pour produire un ensemble de caractères du jeu d’échecs chinois (Xiangqi, http://fr.wikipedia.org/wiki/Xiangqi ,
    http://www.chine-informations.com/guide/xiangqi-echecs-chinois_1264.html )

    On peut voir la « police » complète que j’ai créée dans les pages 292 à 295 du livre présenté à
    http://books.google.ca/books?id=hh6rdgZ9m3MC&pg=PA292&lpg=PA292&dq=chinese+chess+font+latex&source=bl&ots=1siNFiutZN&sig=U_DKUzyB-AUssgBI68GldXpG1t0&hl=fr&sa=X&ei=WfVrT4rOFMji0QHp7My9Bg&ved=0CCUQ6AEwAA#v=onepage&q&f=false

    (première réponse dans google avec les mots clés « chinese chess font latex »). Il m’a fallu plusieurs nuits de travail, un chaud été vers 1990, pour créer ça.

    Évidemment, depuis le temps, bien d’autres outils de création typographique ont dû paraître sur le marché; des outils sans doute plus faciles d’utilisation, et plus puissant. Mais probablement pas gratuits.

    J’ai dessiné mes pièces avec METAFONT roulant sur un très vieux Mac. J’avais bien aimé l’expérience. C’est assez jouissant de voir le résultat fini apparaître dans des publications.

    Ce n’est qu’un petit outil; ce n’est pas un cours sur la typographie. Mais de tels cours existent. Je crois que le groupe
    TeX User’s Group (TUG) en annonce à l’occasion.

    Jacques (Baillairgé-)Richer

Laisser un commentaire

Article précédent
« Le lait, version carton géant.
Article suivant
Temps des fêtes »