avril 2014

Mélanie Baillairgé

BLOG

Le travail de designer / The work of a designer.

Melanie is

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«is» : détail d’un logotype non sélectionné.

 

J’aurais aimé ça apprendre la 3D. Me semble que ça rend heureux, les balounes.  À défaut, il y a photoshop.

Typo, ruban. noir, blanc

©2014 Détail d’une affiche pour un souper-bénéfice au TNM.

 

Avec mes nouveaux cours de typographie, j’ai appris l’utilisation d’un automatic pen. 

J’en avais un dans mes tiroirs, tout neuf. Qu’est-ce que ça fait ? Des trucs comme ceci, ci-haut. J’ai fait le tracé à l’encre sur un plan isométrique, puis renversé les valeurs dans photoshop pour obtenir un ruban gris flottant sur fond noir. Les modulations de lumière ont été rajoutées en cours de route. L’alliage de dextérité manuelle et digitale me réconforte mais pour combien de temps encore avant de me voir dépassée par la technologie ? Ça me fait capoter de voir toutes ces images se créer en temps exponentiel et de ne pas toujours comprendre comment c’est fait.

L’idée c’est d’occuper mes mains, de pas avoir peur du résultat, mais de pas trop être confortable non plus. Parce que j’aime encore croire en la magie. Si incertaine.


 

Les tableaux du calendrier Lait 2013

En 2013 on a fait de jolies images pour un calendrier du lait, David de Stefano, Caroline Nault et moi.

On s’est imaginés être une jeune femme qui recevait à chaque mois des convives et dressait leurs places assises selon le thème du mois. Elle est habile de ses mains, fréquente sans scrupule les brocantes comme les Dollorama™  et s’active comme une queue de veau pour que ses plats soient alléchants même si elle est constamment à la bourre. 30 minutes de préparation, c’est bien en masse pour elle. Ici, elle a glissé des asperges blanches et violettes dans un petit paquet de branches harmonieusement peintes à la gouache. Ici, on apprend que ça existe, les asperges violettes.

 

Il y a d’autres images ici sur le Meatmarket

 

Cours en ligne : calligraphie

Suite au travail avec Garbage Beauty sur le Vinyl du Lait Volume 3, j’ai confirmé que j’aime dessiner des lettres. Beaucoup. Assez pour prendre un cours en ligne et mettre un stop à ce sentiment d’imposteur qui m’empoisonne. Suffit de prendre le crayon et de continuer à s’éduquer, comme toujours.

C’est sur skillshare.com que j’ai commencé mon cheminement. En fait c’est un cours de typo-illustration à la main. Le type qu’on peut voir en affiches, illustrant des maximes inspirantes.

Voici deux moment pertinents : la mise en forme de la phrase que j’ai choisie, suivi du sketch final avant encrage. Ciao, m’en vais encrer.

Le Lait ça va bien avec des mots croisés

 Une des 20 affiches du Lait, campagne automne 2013. 

 

Après 5 semaines de convalescence je retourne enfin au bureau. La douleur et les pillules aidant, il n’y a pas eu un seul moment possible pour de la création, ni même l’envie de la création.

Aussi me suis-je donné le temps de me demander ce que la prochaine année m’inspire. Il y a le travail de Garbage Beauty avec lesquels j’ai travaillé, et qui m’a frappé de côté : la calligraphie, ouais ça fait longtemps que je veux la maîtriser. Même la petite Maya écarquille ses yeux devant des dessins de lettres. Aussi me suis-je inscrite à un cours virtuel pour m’exercer la main. Ça fonctionne. Et Maya s’est remise au dessin. Par effet de rebond, déjà ça c’est bien.

Ensuite, il y a ce boulot. Comment y remettre les pieds après ce temps à dormir, comment devenir un moteur de locomotive ? Y a ça qui m’effraie. N’en tient qu’à moi.