janvier 2015

Mélanie Baillairgé

BLOG

Le travail de designer / The work of a designer.

Le logo des Producteurs de lait du Québec

Un de mes derniers projets chez Nolin BBDO : le nouveau logo des Producteurs de lait du Québec (anciennement la Fédération des Producteurs de lait du Québec). J’ai aussi eu la chance de consulter Metz pour l’accoucher, non sans me faire varloper par le Maître.

Le brief : une évidence. Rassembleur, auto-référentiel, un peu de l’ancienne métonymie (le symbole de la goutte, les couleurs) et un pas vers l’avenir dynamique (l’ouverture). Faut que ça dure longtemps. Faut que ce soit humain et institutionnel à la fois. Faut que tout le monde l’aime, y comprit tous les producteurs de lait du Québec. Ah oui, pis faut que ça s’imprime bien en petit, faut que ça fasse une belle pin.

Alors j’ai trouvé cette goutte de lait qui dessine en vrille un L. Voilà.

De l’idée au final, il y a un pont à traverser

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au départ il y avait ce dessin. Moi je l’aimais bien, c’était frais. Quand on a reçu la commande d’en faire un personnage en 3D, ça nous a un pue surpris, mais enfin, des fois il y a de sacré surprises qui émergent d’une commande. Alors l’excellent ShinBone nous a contocté cette magnifique élévation :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On s’est dit ok, ça peut devenir intéressant. Puis ça s’est mis à dégringoler vers le look plus rassurant que nous a offert Pixar avec les années. Puis IGA, récemment. Oh well. M’en vais faire le tour du Canada avec cette face de crasse là.

Melanie is

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«is» : détail d’un logotype non sélectionné.

 

J’aurais aimé ça apprendre la 3D. Me semble que ça rend heureux, les balounes.  À défaut, il y a photoshop.

Typo, ruban. noir, blanc

©2014 Détail d’une affiche pour un souper-bénéfice au TNM.

 

Avec mes nouveaux cours de typographie, j’ai appris l’utilisation d’un automatic pen. 

J’en avais un dans mes tiroirs, tout neuf. Qu’est-ce que ça fait ? Des trucs comme ceci, ci-haut. J’ai fait le tracé à l’encre sur un plan isométrique, puis renversé les valeurs dans photoshop pour obtenir un ruban gris flottant sur fond noir. Les modulations de lumière ont été rajoutées en cours de route. L’alliage de dextérité manuelle et digitale me réconforte mais pour combien de temps encore avant de me voir dépassée par la technologie ? Ça me fait capoter de voir toutes ces images se créer en temps exponentiel et de ne pas toujours comprendre comment c’est fait.

L’idée c’est d’occuper mes mains, de pas avoir peur du résultat, mais de pas trop être confortable non plus. Parce que j’aime encore croire en la magie. Si incertaine.


 

Les tableaux du calendrier Lait 2013

En 2013 on a fait de jolies images pour un calendrier du lait, David de Stefano, Caroline Nault et moi.

On s’est imaginés être une jeune femme qui recevait à chaque mois des convives et dressait leurs places assises selon le thème du mois. Elle est habile de ses mains, fréquente sans scrupule les brocantes comme les Dollorama™  et s’active comme une queue de veau pour que ses plats soient alléchants même si elle est constamment à la bourre. 30 minutes de préparation, c’est bien en masse pour elle. Ici, elle a glissé des asperges blanches et violettes dans un petit paquet de branches harmonieusement peintes à la gouache. Ici, on apprend que ça existe, les asperges violettes.

 

Il y a d’autres images ici sur le Meatmarket