juillet 2019

Mélanie Baillairgé

BLOG

Le travail de designer / The work of a designer.

Article précédent
« À deux.
Article suivant
Épinglé. »

Étire

Test d’élastique.

Le résultat du pinceau quand j’encre un dessin c’est bien. Mais ma main est instable. Je n’ai que peu de contrôle sur le fini et si ça donne quelque chose de bien, ça tire du hasard plutôt que de la volonté. Bien que se soit le rendu que je préfère, je dois le laisser tomber pour mon prochain projet. Je ne peux pas envisager 200 pages laissée au hasard. Ce qui arriverait est prévisible : découragement, rage, honte, procrastination, puis sentiment d’imposteur.

Ce dernier, je l’exècre. J’y crois pas. Me sentir imposteur, c’est comme me trouver une raison de plus pour ne rien faire. Tu connais cette personne. Elle est partout. Elle doute, elle dit qu’un jour elle aimerait bien… mais que non…elle… elle ne peut pas. Elle n’ose pas, a pas le temps ou très sincèrement… ne le fait pas assez bien. Elle juge aussi ; le travail des autres. – Bof, lui tsé, elle meh…. Moi ? pas le temps. Pas bon ce que je fais.

Je suis cet imposteur et je le shoot au douze quotidiennement. À chaque jour un coup de carabine à plomb dans mon cœur. Je lui pose des collets dans lesquels je tombe. Dans l’arrière pensée, je l’insulte en anglais, à deux voies, je commente ses faits, je ri fort de ses gestes. Je pleure de l’intérieur et tous ces chemins électriques dans mon cerveau, je les embrouille. Pour ressortir assurément blessée.

En ce moment, je ne dessine rien. Je suis du vent.

Laisser un commentaire

Article précédent
« À deux.
Article suivant
Épinglé. »